Prévention addictions: L’alcool, «grand absent du financement»

Prévention addictions: L'alcool, «grand absent du financement»Prévention addictions: L’alcool, «grand absent du financement». L’alcool est « le grand absent du financement » du fonds de lutte contre les addictions aux substances psychoactives, s’insurgent des médecins dans une lettre ouverte à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. L’alcool fait 49.000 décès par an.

Dans le cadre de la prévention, le projet de financement de la Sécu prévoit de faire bénéficier ce fonds de nouvelles ressources « correspondant au produit des amendes forfaitaires sanctionnant la consommation de cannabis (10 millions d’euros en 2019) ».

Cette augmentation de 10 millions d’euros « relève d’un effet d’annonce sans commune mesure avec la dimension du problème » de l’alcool en France, estiment les huit signataires.

L’alcool est aussi impliqué dans plus de la moitié des violences faites aux femmes et aux enfants. L’alcool est de surcroît la première cause de retard mental évitable de l’enfant (né d’une femme qui buvait pendant la grossesse), poursuivent-ils.

La prévention gouvernementale en matière d’alcool se limite à une « discussion picrocholine », dérisoire, sur la taille en millimètres du pictogramme « interdit aux femmes enceintes », déplorent-ils.

La loi de financement de la Sécurité sociale doit intégrer dès 2019 « une taxe sur les boissons alcoolisées » proportionnelle aux degrés d’alcool « pour financer les soins » et « une taxe sur les dépenses de publicité, y compris sur internet – pour financer la prévention », notent-ils.

A lire également : Françoise Nyssen à nouveau épinglé pour des travaux non déclaré




Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire