La police s’inquiète de l’usage croissant de faux billets dédié au cinéma

Faux billetCela semble trop gros pour être vrai, et pourtant : la police s’inquiète de la mise en circulation de plus en plus importante de faux billets destiné au cinéma, que certains utilisent pour régler leurs achats.

Des inscriptions indiquent que ces billets sont des faux : dans le coin supérieur gauche, sous le drapeau de l’Union européenne, on peut ainsi lire la mention « Movie money », à la place de la signature du patron de la Banque centrale européenne Mario Draghi.

Les coupures, essentiellement bleues et orange des billets de 20 et 50 euros, présentent également une bande holographique et des filigranes de piètre qualité, selon Alain Bateau, adjoint au chef de l’Office central pour la répression du faux-monnayage (OCRFM).

« Avec un minimum d’attention, on s’aperçoit rapidement qu’il s’agit de billets grossièrement imités », estime-t-il, ce qui n’empêche pas certains commerçants d’être bernés.




Les mentions « accessoires » qui figurent sur ces billets permettent à leurs fabricants d’échapper aux 30 ans de réclusion criminelle et aux 450 000 euros d’amende encourus en France par les faux-monnayeurs classiques.

Ils ne risquent qu’une peine d’un an de prison et de 15 000 euros car les coupures « font la même taille que les vrais euros », explique Alain Bateau.

Lire aussi : Europe : Bruxelles veut renforcer la position des agriculteurs




Vous pourriez aussi aimer

Laisser votre commentaire

Sortir
Masquer