Les appareils de climatisation ont donc bel et bien des conséquences sur l’environnement

Les appareils de climatisation ont donc bel et bien des conséquences sur l'environnementFaudra-t-il limiter la climatisation cet été pour diminuer les conséquences environnementales ? À cette question, la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin, interrogée dimanche 5 juin sur LCI, a simplement appelé les Français à «être sobre».

D’après l’ADEME, l’Agence de l’Environnement et de la maîtrise de l’énergie, 25% de foyers étaient équipés d’une climatisation, selon une enquête réalisée à l’été 2020 par CODA Stratégies auprès de 800 ménages.

Si Amélie de Montchalin a raison de dire que peu de foyers sont dotés d’un système de climatisation, elle omet toutefois de mentionner que leur nombre progresse nettement ces dernières années. L’ADEME précise qu’en 2020, « pour la première fois », on a vendu plus de 800 000 appareils alors que la moyenne était longtemps restée à 350 000 ventes par an.

Pour l’ADEME, «la multiplication des épisodes caniculaires au cours des dernières années a conduit à un essor des marchés des équipements de la climatisation et en conséquence des taux d’équipements des ménages et des entreprises».

À LIRE AUSSI >> La climatisation, lors de forte chaleur, n’est pas la meilleure des solutions

Surtout, l’ADEME estime que « la climatisation pèse donc désormais de manière significative dans les consommations d’énergie nationales et dans les émissions de CO2 ». Les appareils de climatisation ont donc bel et bien des conséquences sur l’environnement.

Si l’on additionne la climatisation chez les particuliers et dans le secteur tertiaire, la climatisation de confort comme on l’appelle représente tout de même 5% des émissions de CO2 du secteur du bâtiment, précise l’ADEME.

La climatisation de confort pour le respect de l’environnement devrait être purement et simplement interdite.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS