Avortement : la Hongrie désavouée par le Parlement européen

Avortement : la Hongrie désavouée par le Parlement européen

Le Parlement européen a vertement critiqué la Hongrie jeudi 15 septembre, en qualifiant le pays de «régime hybride d’autocratie électorale». Des termes durs qui font suite à une série de lois controversées voulues par le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, et son puissant parti d’extrême droite, le Fidesz.

Depuis jeudi, un décret, oblige les femmes désirant avorter sont obligées d’écouter les battements de cœur du fœtus avant de poursuivre, ou non, leur IVG.

Les eurodéputés ont adopté à une écrasante majorité un rapport présenté par l’eurodéputée écologiste française Gwendoline Delbos-Corfield. Ce texte marque l’inquiétude du Parlement sur 12 thématiques, comme l’indépendance de la justice, la liberté d’expression ou encore l’autonomie des universitaires – qui ne sont pas respectées, voire menacées en Hongrie, jugent les parlementaires.

À LIRE ÉGALEMENT >> Les députés votent l’allongement du délai légal de 12 à 14 semaines pour l’IVG

Sur Twitter, l’eurodéputée Gwendoline Delbos-Corfield s’est félicitée pour l’adoption de son rapport sur l’état de droit en Hongrie. La publication de ce rapport a été vivement critiquée par le gouvernement hongrois. «Je considère insultant envers les Hongrois que l’on questionne la capacité de la Hongrie à la démocratie», a réagi le ministre des Affaires étrangères, Peter Szijjarto.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS