Il n’y a pas de politique de santé publique selon Claude Evin

Il n’y a pas de politique de santé publique selon Claude Evin. Claude Evin, ancien ministre de la Santé qui a donné son nom à la fameuse loi de 1991 qui vise à lutter contre le tabagisme et l’alcoolisme, interrogé dans la Matinale d’Europe 1, s’est dit inquiet de la disposition introduite dans le projet de loi Santé.
 
Le projet de loi de la ministre Marisol Touraine, adopté en décembre prévoit un assouplissement de la loi Evin au sujet de la publicité sur l’alcool en distinguant la publicité sur les boissons alcooliques, strictement encadrée, et l’information oenologique.

Il était déjà possible de parler de la région de Champagne et de la région de Bordeaux sans tomber sous le coup de la loi de santé publique.
 
Selon lui, ceux qui ont intérêt à développer cette publicité ne sont pas les viticulteurs : « Ce sont d’abord les métiers de la publicité, qui se cachent derrière ces enjeux économiques. Ce sont aussi les alcools industriels, les bières et les alcools forts, les vodkas, les whiskys.
 
Il n’y a pas de politique de santé publique depuis plusieurs années.
 
L’alcool, c’est près de 50.000 décès chaque année, le tabac c’est 30 à 40.000 décès supplémentaires, indique Claude Evin.
 
Les dépenses pour la sécurité sociale, c’est près de 50 milliards d’euros chaque année liées directement au tabac.
 
La nouvelle loi de Santé prévoit également l’entrée en vigueur du paquet de cigarette neutre en mai 2016.
 




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire