IVG : Comment expliquer la hausse record de leur nombre en France ?

IVGD’après les chiffres de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, le nombre d’IVG a atteint un plus haut depuis 30 ans en 2019.

Selon les derniers chiffres publiés cette semaine par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), le nombre d’avortements pratiqués en 2019 a atteint son plus haut depuis 1990 avec 232.200 interventions.

Une tendance marquée chez les femmes les plus précaires, mais aussi chez les 20-29 ans qui sont les plus concernées avec en moyenne 27,9 IVG pratiquées pour 1.000 femmes.

LIRE AUSSI >> IVG: Des députés de gauche appellent à protéger ce «droit fondamental»

« Tous les jours il y a une vraie défiance qui croît vis-à-vis de l’idée d’avoir un corps étranger dans son utérus, ou de prendre des hormones », explique au micro d’Europe 1 Philippe Deruelle, secrétaire général du collège national des gynécologues et obstétriciens français.

Pourtant, si « ces modes de contraception ne sont pas parfaits, ils évitent d’avoir des bébés non désirés et de recourir à des IVG », rappelle-t-il. D’après la Drees, les femmes de cette tranche d’âge privilégient notamment les méthodes naturelles de contraception, beaucoup moins efficaces. Une tendance qui explique donc en partie le record du nombre d’Interruptions volontaires de grossesse pratiquées en 2019.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire