Les agriculteurs contraints de planter des semis écologiques sous peine de sanction

Les agriculteurs contraints de planter des semis écologiques sous peine de sanctionVictimes de la sécheresse, ils ont l’obligation de mettre en place des semis écologiques sur leurs terres pour capter le nitrate dans le sol. Les agriculteurs ne décolèrent pas. Mesure imposée par la Politique agricole commune et les préfectures picardes. Mais, cette année, la sécheresse grille les exploitations. Les agriculteurs risquent des pénalités et demandent une dérogation.

«Dans nos cultures classiques, on a déjà du mal à obtenir des résultats, mais s’il faut en plus se soucier des cultures intermédiaires en période de sécheresse, ce n’est plus tenable», ajoute-t-il.

Les surfaces d’intérêt écologiques, les SIE sont une obligation imposée par l’Europe à tous les agriculteurs dans le cadre de la Politique agricole commune pour piéger le nitrate dans le sol et limiter les risques de ruissellement et de pollution des nappes.

Ces semis écologiques doivent représenter 5 % des surfaces agricoles. «Je suis le premier convaincu que ces cultures intermédiaires ont un intérêt agronomique. Il permet d’enrichir les sols et d’éviter le lessivage. Mais, cette année, c’est une aberration à cause de la sécheresse. J’ai consommé jusqu’à 20 litres par heure de gasoil avec mon tracteur pour rien. Ces graines vont à peine devenir des plantules et ne pourront pas se développer suffisamment pour piéger le nitrate.

À CONSULTER AUSSI >> Selon l’UFC Que Choisir, l’agriculture reste la première source de pollution de l’eau potable en France

À l’heure où le gouvernement nous demande de faire des économies d’énergie, c’est totalement contradictoire. Mais, je les ai plantées pour ne pas être pénalisé parce qu’il y a une obligation de résultat», se désole l’exploitant.

Alors que la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles a demandé au ministère de l’Agriculture de déroger à la mesure d’implantation des cultures intermédiaires pour cette année, la Fédération de la Somme et le syndicat des jeunes agriculteurs ont fait de même auprès de la préfecture de la Somme.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS