Plus de 200 parlementaires refuses la privatisation des aéroports de Paris

Plus de 200 parlementaires refuses la privatisation des aéroports de ParisPlus de 200 parlementaires refuses la privatisation des aéroports de Paris. Le porte-parole des députés PS, Boris Vallaud, a justifié mercredi l’initiative inédite des oppositions contre la privatisation d’ADP, le recours à un «référendum d’initiative partagée» (RIP).

Alors que 185 signatures sont requises pour un «RIP», procédure jusqu’ici inédite depuis son introduction dans la Constitution en 2008, les parlementaires ont déposé une proposition de loi référendaire avec 218 signataires, issus de 11 groupes dans les deux chambres.

En débat depuis plus de six mois au Parlement, le projet de loi Pacte prévoit de supprimer l’obligation pour l’État de détenir la majorité du capital d’ADP (actuellement 50,63 %).

Depuis la première lecture en octobre, cette privatisation est devenue, après son rejet au Sénat, la principale pomme de discorde, certains pointant un «cadeau à Vinci», qui ne cache pas son intérêt.

Cette vente rappelle étrangement celle effectuée par la droite concernant les autoroutes. On sait ce qu’il est advenue de cette vente et les conséquences pour les usagers des autoroutes, des augmentations à répétitions.

À lire également : Selon Guillaume Peltier la privatisation d’ADP et de la FDJ est une mauvaise idée

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS