Attentats : à droite, la récupération politique n’attend pas

Attentats : à droite, la récupération politique n'attend pas

Attentats : à droite, la récupération politique n’attend pas. Quelques heures à peine après l’attentat de Manchester, plusieurs élus LR ont appelé à expulser “étrangers radicalisés”, “salafistes”.

D’un côté, il y a les messages de condoléances et de soutien, très majoritaires, de la classe politique.

L’Eurodéputée Nadine Morano, toujours prompte à réagir sur Twitter, s’est offusquée la première dès potron-minet de l’absence de réaction du nouveau président Emmanuel Macron.

A droite toujours, le député du Rhône Georges Fenech, par ailleurs président de la commission d’enquête sur les attentats du 13 novembre, a lui aussi été prompt à réagir…

“L’urgence du premier gouvernement d’Emmanuel Macron est-elle une 13e loi de moralisation de la vie publique depuis 1988 ou la lutte [contre le terrorisme]”, a-t-il publié sur Twitter, allusion à l’une des premières lois voulues par Emmanuel Macron sur la moralisation de la vie publique.

Quelques minutes plus tard, le député LR est allé encore plus loin sur France info en évoquant d’une part une action terroriste et, d’autre part, en déroulant des propositions politiques: “Nous avons des propositions notamment au niveau des fichés S. Il faut une surveillance drastique, il faut expulser tous les étrangers radicalisés, il y a des mesures urgentes à prendre, ne pas se tromper de priorité”.

On peu comprendre que la droite, avec toutes ses affaires, ne soit pas favorable à une loi sur la moralisation de la vie publique.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS