15 juillet 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Après l’attaque de Nice ces promesses intenables

promesses intenablesAprès l’attaque de Nice ces promesses intenables. Dans la foulée du massacre de la promenade des Anglais, la droite et l’extrême droite ont dénoncé «l’impuissance de l’exécutif», et réclamé que «la vérité» soit enfin assumée.

Nicolas Sarkozy estime ainsi que «le moment de dire les choses viendra bientôt».


Christian Estrosi a interpellé le gouvernement, suivi d’Éric Ciotti, de François Fillon, et même d’Alain Juppé d’ordinaire plus réservé dans ce type de circonstances

Ce sont des hommes, des femmes, des enfants, qui ont été frappés à l’aveugle, mais c’est un pays tout entier et un mode de vie commun qui sont visés et malmenés.

Mais quelque chose étonne dans le discours public, notamment de la part des grands élus de l’opposition. Henri Guaino dégage-t-il une impression de sagesse lorsqu’il invite à armer de lance-roquettes les militaires chargés d’assurer la sécurité des rues?

Christian Estrosi est-il crédible, quand il interpelle l’État en oubliant que les grands élus locaux ou régionaux ne sont pas des quidams?

Emportés par leur zèle, les chefs des diverses oppositions, au fil des temps et des alternances, se sont souvent aventurés sur des chemins intenables, qui les ont ridiculisés dès qu’ils sont passés du ministère du verbe aux allées du pouvoir.

S’avancer devant l’opinion en promettant que personne ne mourra, parce qu’on prendra de fantastiques mesures de protection, et soutenir dans le même mouvement qu’il faut déclarer la guerre et l’assumer, est un mensonge intenable. Soit on se planque pour survivre, soit on se bat quitte à mourir, mais pas les deux à la fois. Alors qu’ils s’apprêtent à revenir au pouvoir en réclamant qu’on « dise les choses », les candidats à la primaire de droite feraient bien de ne pas les escamoter.




N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS