Le moral « des travailleurs sans bureau» dégringole

Le moral « des travailleurs sans bureau» dégringole Ce travail de recherche a été effectué aux États-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni et en France auprès de 4 700 travailleurs de terrain. L’étude parle des travailleurs sans bureau, qui représentent de 70 à 80 % de la masse salariale des pays analysés.

À l’échelle de ces quatre pays, 43 % de ces travailleurs de terrain seraient prêts à quitter leur emploi (37 % en France). Plus d’un travailleur de terrain sur deux se dit épuisé par son travail.

Chercher du travail alors que l’on est en poste, cela concerne surtout ceux qui viennent d’arriver dans leur entreprise, ceux qui y sont depuis moins d’un an. La moitié des travailleurs de terrain qui ont peu d’ancienneté déclare activement chercher du travail.

Les métiers les plus exposés sont le commerce de détail, avec la moitié des travailleurs de terrain qui risquent de démissionner. Ils sont suivis par les salariés du secteur des transports, puis par l’industrie, la santé et l’éducation.

À CONSULTER >> Les travailleurs les plus sérieux sont les plus malheureux

Les travailleurs de terrain aspirent à se sentir respectés, valorisés ou à entretenir une bonne relation avec leur hiérarchie, rapporte franceinfo.fr.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS