L’Allemagne ferme ses centrales nucléaires en pleine crise énergétique européenne

L’Allemagne ferme ses centrales nucléaires en pleine crise énergétique européenne

La crise énergétique qui secoue l’UE est susceptible d’atteindre son paroxysme cet hiver. En 2011, l’Allemagne s’est engagée à sortir du nucléaire en deux étapes, en fermant trois réacteurs en 2021 et trois autres en 2022. Les appels de plus en plus forts pour les maintenir en fonctionnement face à la crise énergétique actuelle ont été largement ignorés par Berlin, bien que certains aient décrié cette politique comme une rupture de solidarité.

« Il revient à tous les pays de faire tout ce qui est possible concernant la disponibilité de la production d’énergie », a déclaré Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur, jeudi après une réunion avec le gouvernement allemand à Berlin.

Les déclarations de M. Breton sont intervenues la même semaine que la décision finale prise par l’Allemagne de fermer ses trois réacteurs nucléaires restants. En juillet, M. Breton a déclaré au journal allemand Handelsblatt qu’il serait extrêmement important de prolonger le fonctionnement des trois centrales nucléaires allemandes qui sont encore en activité.

Lundi , Berlin a décidé de mettre en veilleuse deux de ses réacteurs nucléaires pendant des mois, malgré l’insistance d’une foule d’experts pour qu’ils continuent à fonctionner, tandis que le troisième sera complètement arrêté pour être remplacé par des centrales flottantes au fioul. « Si l’Allemagne ne prend aucune responsabilité pour sa sécurité énergétique, je proposerai à notre gouvernement de couper le câble de la Baltique », a commenté Take Anstoot, du parti suédois des Verts.

Avec l’arrêt des réacteurs nucléaires allemands en plein hiver, les politiciens allemands craignent que la réputation de leur pays en souffre.

L’Allemagne, première économie de l’UE, est également le pays le plus dépendant du gaz russe, ce qui a empêché le bloc de réagir plus fermement à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Aujourd’hui, le réservoir de gaz de l’Allemagne est rempli à environ 87 %. Dans sa précipitation à réduire l’emprise de la Russie sur l’Allemagne, elle s’est emparée de chaque molécule de gaz qu’elle pouvait trouver, subventionnant les achats de GNL à grande échelle avec des milliards de crédits gratuits.

À LIRE AUSSI >> La fermeture de la centrale de Fessenheim est un choix politique d’Emmanuel Macron

Le prix du gaz s’envole. Pourquoi  ? «Parce que l’Allemagne a acheté beaucoup de gaz après le 23 juillet, lorsqu’ils ont dit que c’était la seconde phase de l’alarme », a expliqué Nils Torvald, un euro parlementaire libéral finlandais, lors d’un événement EURACTIV mardi.

Un constat s’impose, l’Allemagne n’a quasiment jamais été pro européenne, car elle souhaite avant tout protéger son tissus industriel.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS