Pourquoi les délais entre la prise de rendez-vous et les résultats des tests PCR pose problème

Test PCRToux, fébrilité ou simple envie d’être rassuré : chacun peut se faire dépister pour savoir s’il est infecté par le coronavirus, gratuitement et sans ordonnance, depuis un arrêté gouvernemental du 25 juillet.

Parmi eux, des vacanciers qui ont besoin d’un résultat négatif pour partir dans certains pays, ou des patients qui doivent se faire opérer prochainement. La France se rapproche de son objectif de 700 000 personnes testées par semaine, avec près de 500 000 tests de dépistage du Covid-19 hebdomadaires réalisés début août dans certaines régions.

Certain.e.s personnes de cas suspects renoncent à se faire tester. C’est le scénario redouté par les professionnels de santé : des malades, découragés par les longues files d’attente devant les centres de dépistage du Covid-19, font demi-tour et rentrent chez eux.

Il appelle à un dispositif particulier de test pour les personnes fragiles : « Dans ma ville de Frontignan [Hérault], une équipe de prélèvement à domicile prend en charge les personnes âgées ou malades pour leur éviter les files d’attente. » Face à ces délais, il avoue avoir un instant songé à ne pas se faire dépister : « Je devais partir de Narbonne pour continuer mon périple touristique avant la date à laquelle j’ai finalement obtenu un rendez-vous pour le test nasal.

Or, il est important que mêmes les personnes ne présentant pas de symptômes procèdent à un test : « On se rend compte que la plupart des gens infectés sont totalement asymptomatiques, affirme François Blanchecotte, président du syndicat des biologistes, au Parisien.

Parmi eux, des vacanciers qui ont besoin d’un résultat négatif pour partir dans certains pays, ou des patients qui doivent se faire opérer prochainement. La France se rapproche de son objectif de 700 000 personnes testées par semaine, avec près de 500 000 tests de dépistage du Covid-19 hebdomadaires réalisés début août dans certaines régions.

Le « contact tracing » – qui permet aux autorités de remonter le fil des personnes susceptibles d’avoir été en contact avec la personne infectée – est une course contre la montre. D’après une étude publiée dans la revue médicale The Lancet (article en anglais), des chercheurs néerlandais de l’université d’Utrecht ont déduit par modélisation mathématique que le délai entre l’apparition des symptômes et le dévoilement des résultats doit être inférieur à un jour pour endiguer l’épidémie.




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire