La Cour des comptes sonne l’alarme sur la dépense publique et demande un “effort sans précédent”

La Cour des comptes sonne l'alarme sur la dépense publique et demande un Le rapport annuel publié en pleine campagne présidentielle, la Cour des comptes alerte, mercredi 16 février, sur la nécessité d’un «effort sans précédent» dans les prochaines années pour maîtriser les dépenses publiques et redresser les comptes de la France, mis à mal par la crise sanitaire.

Cette crise a entraîné la mobilisation de moyens publics «d’une ampleur inédite» pour lutter contre l’épidémie et soutenir l’économie, et «cet effort considérable va durablement peser sur le déficit et la dette publique, dont la réduction va nécessiter des efforts sans précédent de maîtrise des dépenses», prévient la Cour dans son traditionnel rapport annuel consacré entièrement au bilan de la gestion de la crise sanitaire.

La France est ainsi «dans le groupe des pays de la zone euro dont, deux ans après le début de la pandémie de Covid-19, la situation des finances publiques est la plus dégradée», assène la Cour, qui s’inquiète de cet écart avec nos voisins. De fait, la Cour pointe les baisses d’impôts «significatives» encore prévues en 2022 , et la hausse des dépenses de 1,1 %, hors mesures de relance et de soutien liées à la crise.

À VOIR AUSSI >> La Cour des comptes pointe une « insuffisance des performances » de la police

“Le déficit public devrait rester très élevé en 2021 (7 % du PIB) et 2022 (5 % du PIB)”. La dette publique devrait ainsi s’accroître de 560 milliards d’euros entre la fin 2019 et la fin 2022, pesant par conséquent environ 113 % du PIB, la facture de la Covid-19 s’élevant à elle seule à 140 milliards d’euros à ce jour, selon le ministère des Finances.

Atteindre un tel objectif imposera donc des réformes, en priorité sur le système de retraite, l’assurance maladie, la politique de l’emploi, les minimas sociaux et la politique du logement, relève la Cour.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS