RTE teste le stockage d’énergie éolienne à grande échelle sur batteries

A Fontenelle, en Côte-d’Or, les dix conteneurs accueillant les batteries de stockage d’énergie des surplus du parc éolien voisin sont en place. Lancée par le gestionnaire du réseau d’électricité français RTE, l’expérimentation proprement dite sera lancée en juin 2022, lorsque les deux autres sites retenus, ceux de Bellac en Haute-Vienne et de Ventavon dans les Hautes-Alpes, seront à leur tour opérationnels.

L’innovation du projet Ringo, approuvé par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) en 2017, réside dans le stockage d’électricité éolienne à grande échelle et dans une gestion automatisée en réseau.

C’est une première mondiale, selon RTE. « En fonction des conditions météo, la production locale d’électricité peut connaître des pics ponctuels, et être trop abondante pour être transportée par le réseau électrique.

LIRE AUSSI >>
Fukushima: le Japon va bientôt rejeter à la mer de l’eau radioactive

C’est ce surplus qui sera stocké par les batteries Ringo », explique Gaëtan Desquilbet, directeur du projet Système électrique 2025. Avec ce dernier, RTE développe et teste des algorithmes de pilotage des batteries afin de régler les problématiques de surplus de production localisés.

Sur le site de Vingeanne, à Fontenelle, qui sera mis en service en mai 2021 à l’issue des six mois de tests, le projet embarque Nidec ASI, partenaire choisi pour ses convertisseurs d’électronique de puissance et son système de « power management ».

Par cette récupération d’énergie, le projet Ringo pourrait aussi différer, voire éviter la construction de nouvelles lignes électriques. Le site représente une capacité de stockage 24 mégawattheures.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire