“De nombreuses erreurs” dans les diagnostics de performance énergétique des logements

Dans une enquête publiée mardi 24 mai que franceinfo a pu consulter, l’association 60 millions de consommateurs relève «des erreurs en pagaille» sur la manière de faire et sur les diagnostiqueurs.

Dans l’enquête de 60 millions de consommateurs, une maison située à Corbeil-Essonnes a, par exemple, recueilli trois notes différentes, C, D ou E, en fonction du professionnel qui l’a évaluée.

Une autre erreur sur la surface du logement c’«est embêtant puisque le diagnostic (DPE) est fait à partir de mètres carrés. Si vous en mettez plus, vous allez avoir une note plus favorable», explique sur franceinfo Fanny Guibert, journaliste cheffe de la rubrique énergie chez 60 Millions de consommateurs.

Fanny Guibert pointe la diversification des modes de chauffage, qui peut compliquer le diagnostic. «Quand vous avez des logements avec une partie chauffée par un insert , une poêle à bois, un radiateur électrique, avec éventuellement une pompe à chaleur, etc. cela peut être des choses, un peu plus compliquées», détaille la journaliste.

Les «passoires énergétiques» interdites à la location

À CONSULTER AUSSI >> Les passoires thermiques ne seraient peut-être pas les seules interdites à la location?

Les 600 000 logements classés G seront eux retirés du marché à partir de 2025. En 2028, ce sera au tour des 1,2 million de logements classés F puis, en 2034, aux 2,6 millions de logements classés E de ne plus pouvoir être mis en location. «Si vous voulez les vendre les logements F et G, vous devrez faire un audit énergétique, donc un document qui vous engage à faire des travaux», explique Fanny Guibert. «Nous demandons qu’il y ait plus de formation pour les diagnostiqueurs, il n’y en a pas assez qui ont bien fait leur boulot», conclut la journaliste, qui suggère notamment aux artisans de venir «à deux» pour passer plus de temps à réaliser le diagnostic.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS